Comme nous avons parlé il y a peu du picc line, je me dois de vous présenter aujourd’hui son petit frère, le cathéter midline qui a commencé à être mis en place en 2014.

Bien que ces deux voies d’abord aient quelques similitudes, elles sont différentes sur certains points.

Vous avez envie d’en savoir plus? Allez, c’est parti.

Le midline en détails

Le cathéter midline n’est pas une voie centrale contrairement au picc line. En effet, c’est un cathéter périphérique d’environ 20 cm, qui est posé dans une veine profonde (En général veine basilique ou céphalique). Son autre extrémité est au niveau axillaire.

Sa durée de pose est d’environ un mois, parfois un peu plus et il est indiqué pour les traitements de plus de 72h.

Le cathéter midline est posé par un anesthésiste ou un IADE (Infirmier anesthésiste) sous anesthésie locale.

Indications du cathéter midline

Il est indiqué comme le picc line lors de perfusions de longues durées entre 72h et un mois. Par contre comme ce n’est pas un voie centrale, il est interdit de réaliser une chimiothérapie et certaines nutritions parentérales (Hyperosmolaires) sur cette voie (Dans le doute, il vaut mieux toutes les éviter).

Les autres indications les plus fréquentes sont :

  • Le capital veineux précaire ;
  • Le confort du patient (Moins piqué, retour à domicile) ;
  • Les perfusions/transfusions ;
  • Passages de produits veino-toxiques.

Le cathéter midline présente aussi un autre avantage non négligeable du fait qu’il soit une voie périphérique = Sa pose limite les risques infectieux. Il faudrait donc que cette voie se développe de plus en plus au sein des hôpitaux et cliniques même si c’est en bonne voie.

Bonne utilisation de cette voie d’abord

Comme pour le picc line, pour éviter que le cathéter midline ne bouche, il faut aussi faire un rinçage pulsé avec du sérum physiologique avant et après chaque utilisation (Perfusion ou prélèvement) et tous les 7 jours si celui-ci n’est pas utilisé. Il est aussi important d’éviter les prélèvements sanguins au maximum ce qui limitera les risques d’obstructions.

Une infirmière ou un médecin doit vérifier s’il n’y a pas d’inflammation, ou d’infection. Pour cela il y a certains signes comme la rougeur, la douleur ou encore la température à surveiller.

Le pansement

Là encore c’est très similaire au picc line, vous pouvez d’ailleurs regarder la vidéo que j’ai mis dans l’article qui en parle !

La personne qui réalise l’acte doit s’équiper d’une charlotte, d’une sur-blouse et d’un masque. Le patient doit lui aussi porter un masque.

Il faudra aussi faire attention à ce que le cathéter ne bouge pas. C’est-à-dire qu’il faudra, après retrait du pansement souillé, le fixer avec un adhésif stérile sur le bras. La longueur de ce cathéter étant plus petite que celui du picc line, il faut vraiment être très consciencieux lors de sa manipulation. Le risque de mobilisation est accru. Le matériau utilisé est aussi plus fragile.

Le cathéter midline sera maintenu par un système de fixation spécifique type stat-lock mais parfois il n’y aura qu’un simple pansement transparent type hydrofilm (A éviter tout de même).

Ablation du cathéter midline

L’ablation se réalisera par une infirmière sur prescription médicale. Un pansement compressif sera nécessaire pour éviter les saignements suite au retrait. Une mise en culture sera décidée ou non par le médecin (Obligatoire si infection).

Cathéter midline et retour à domicile

Le cathéter midline est un cathéter parfait pour la continuité des soins à domicile. C’est un confort supplémentaire pour le patient et pour l’infirmière libérale. C’est une voie périphérique facile à manipuler et qui évite donc au patient d’être repiqué plusieurs fois. Cela limite aussi l’arrêt des traitements dus au capital veineux précaire et donc les retours à l’hôpital.

Pour conclure

Le cathéter midline est une bonne alternative à la voie centrale lorsqu’une voie périphérique standard ne suffit pas/plus. L’entretien et la manipulation sont assez simples malgré un pansement délicat à réaliser surtout quand on ne connaît pas bien.