Que vous soyez soignant ou non, vous vous êtes peut-être aperçu que le picc line est de plus en plus utilisé. Il est régulièrement mis en place pour permettre la continuité de certaines perfusions à l’hôpital ou à domicile. Il présente d’ailleurs beaucoup d’intérêts et d’avantages.

Qu’est-ce que le picc line?

Cathéter Central Inséré par voie Périphérique

Le picc line est un cathéter veineux central qui mesure environ 50 cm et qui est posé au-dessus du pli du coude dans une veine périphérique (Veine basilique, céphalique ou axillaire). Son autre extrémité est située au niveau de la jonction de la veine cave supérieure et de l’oreillette droite.

Il peut bénéficier soit d’une simple voie soit d’une double voie. Le picc line est en général utilisé lors d’un traitement prolongé, lors de perfusions de produits veino-toxiques ou en cas de capital veineux précaire.

Il est posé pour des traitements allant de quelques jours à quelques mois. Il n’y a pas de limite mais si la durée est supérieure à trois mois on préférera mettre une chambre implantable.

La pose du picc line s’effectue la plupart du temps en salle de radiologie, en salle de réveil ou encore au bloc opératoire, par un anesthésiste et sous anesthésie locale ou générale. Cela nécessite un contrôle radioscopique avec un guidage par échographie.

C’est une voie d’abord qui peut-être utilisée pour la réalisation de prélèvements sanguins ou pour la plupart des perfusions comme :

  • Les antibiothérapies ;
  • Les chimiothérapies ;
  • Les nutritions parentérales ;
  • Les transfusions.

Avantages/Inconvénients du picc line

Le picc line présente de nombreux avantages mais aussi quelques risques et inconvénients.

Les avantages

  • Confort du patient : Facilite les retours à domicile. Plus besoin de repiquer avec un cathéter périphérique tous les trois jours ;
  • Risque infectieux diminué par rapport à un cathéter central ou une chambre implantable ;
  • Retrait facile par simple traction ;
  • Traitements de longues durées possibles ;
  • Pose simple et sans complications.

Les inconvénients

  • Réfection du pansement compliquée = Risque de retrait (Nous allons en parler plus en détails juste après) ;
  • Risques d’occlusion =  Le Picc line est à changer s’il est bouché ;
  • Risque infectieux moindre mais tout de même présent = Mise en culture.

Comme vous l’avez deviné les problèmes liés au picc line sont souvent dus à une mauvaise manipulation. Nous allons donc voir comment l’utiliser au mieux.

Utilisation du picc line

Attention, les pratiques évoluent régulièrement, cet article n’est pas une formation mais propose juste quelques conseils

Pour éviter que ce cathéter se bouche il est important de bien rincer la/les voie(s) avant et après chaque utilisation (Prélèvement ou injection) grâce à 10 ml de sérum physiologique que vous injecterez de façon “pulsée” en trois poussées (20 ml si prélèvement de sang). Lorsqu’il n’est pas utilisé, faites ce rinçage une fois par semaine.

Pour ce qui est de l’infection, il y a plusieurs précautions à prendre pour que cela n’arrive pas.

Premièrement, le picc line possède dans 90% du temps une valve bi-directionnelle qui est positionnée sur chaque voie. Elle permet comme son nom l’indique la réalisation de prélèvements ou d’injections. Elle doit être manipulée avec des compresses stériles imbibées d’un antiseptique et elle doit être changée une fois par semaine, ce qui limite les gestes et donc le risque infectieux.

Deuxièmement, vous l’aurez compris la difficulté survient surtout lors de la réfection du pansement du picc line. Il y a à la fois un risque infectieux et un risque de mobilité du cathéter. Il faut donc être consciencieux lors de ce soin.

Le pansement

picc line
Un picc line posé sur un patient

Il est à réaliser une fois par semaine sauf s’il est souillé entre deux.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, le picc line a des ailettes qui expliquent que son maintien est particulier. Il faudra donc soit utiliser un grip-lock (Pansement adhésif) ou un stat-lock (Pansement à clips) pour le maintenir sur le bras.

Seconde difficulté. Lors de la réfection du pansement, vous allez changer ce système de maintien mais il ne faut pas que le picc line bouge. Il y a des repères sur la voie (Petits points noirs), n’hésitez pas à vous en servir pour le maintenir de la même façon. Comptez les points pour vérifier si le picc line est bien au même endroit. Pensez à décoller très doucement l’ancien pansement souillé. Fixez aussi un sparadrap pour coller la voie sur la peau afin d’assurer un bon maintien.

Enfin, il faudra respecter les règles d’hygiène et d’asepsie. C’est-à-dire, entre autres, le lavage des mains au SHA, le protocole bétadine, le masque, la sur-blouse et la charlotte pour le soignant et le masque pour le patient.

Mais une vidéo serait plus parlante, n’est-ce-pas? Peut-être qu’un jour, nous essaierons d’en faire une. Qu’en pensez-vous? En attendant voici un tutoriel picc line que j’ai trouvé sur youtube.

Toutes nos excuses pour la musique un peu vieillotte hein mais bon tout est très bien expliqué. De plus sur d’autres vidéo, on peut voir le sparadrap proche du point de ponction, ce qui n’est pas adapté.

Sachez que vous pouvez de toute façon, si vous trouvez cela trop compliqué, être formés par certains laboratoires ou encore par les prestataires de santé.

Pour conclure

Voilà ! Vous savez tout sur le picc line et son utilisation. Comme nous l’avons vu il y a beaucoup d’avantages pour très peu de risques et ce dispositif est en général très apprécié. À Rouen ce n’est pas une pratique très répandue mais je sais que dans d’autres régions, il y en a énormément c’est une pratique de plus en plus utilisée et je crois que les IADE vont être formés à la pose. Pour les traitements de plus courte durée il y a aussi son petit frère, le midline. Connaissez-vous? Je ferai un autre article sur cette voie d’abord récente.